SITE_LUZERNE 2013-2
La Luzerne est menacée.Tenez-vous informés !
Efficacité alimentaire
Maïs - Ensilage enrichi de céréales
Les quotas laitiers, l'agrandissement des exploitations, la baisse du prix des céréales, l'autoconsommation de blé et son impact positif sur le TP sont autant de facteurs qui incitent les éleveurs à introduire des doses plus importantes de céréales dans leurs rations. Mais cet apport en céréales, qui dans certains élevages approche ou dépasse 5 à 6 kg par jour et par vache, comporte un risque de dérèglement du rumen. La rapidité de la transformation de l'amidon de blé (ou d'orge) favorise les fermentations produisant de l'acide lactique, et provoque la réduction du pH

Les luzernes déshydratées, des aliments de sécurité
Les rations de l'essai n°1
Les rations de l'essai n°1
Grâce à leur richesse en énergie à dégradation lente, à leur rôle tampon, à leur teneur en calcium, les luzernes déshydratées permettent de valoriser l'apport de céréales dans la ration de base maïs ensilage.

Afin de quantifier ces effets, le Service de Valorisation Animale de l'ITCF a mené différents essais sur vaches laitières.

Les luzernes déshydratées, c'est… de l'énergie à dégradation lente, un effet tampon sur le rumen et une forte teneur en calcium.

Objectifs des essais ITCF
Les rations de la dose optimale dans l'essai n°2
Les rations de la dose optimale dans l'essai n°2
L'introduction de luzerne déshydratée entraîne un accroissement des quantités de matières sèches - donc d'énergie - ingérées : l'apport de luzerne s'est accompagné d'une réduction de la consommation d'ensilage de maïs, alors que celui-ci était offert à volonté. Dans l'essai mené avec une luzerne à 23%, la quantité de matière sèche ingérée est plus importante : la luzerne à 23% stimule donc davantage l'activité microbienne du rumen et permet une meilleure ingestion par l'animal. Cet effet stimulant est probablement lié à l'augmentation de l'appétibilité du régime et à l'association des deux fourrages. La luzerne déshydratée a en outre permis de réduire l'apport de tourteau de soja du régime.

Apporté en excès dans la ration n°2, le blé a pour effet une chute brutale du TB à 35,2 g/kg, synonyme de risques sanitaires pour la vache. Dans la ration n°3, on constate que l'introduction de luzerne déshydratée à 20% de protéines/MS permet de maintenir une production et un TP élevés, tout en empêchant la chute brutale du TB
Une dose optimale de 3 à 4 kg de luzerne à 23%
Résultats des rations de l'essai n°2
Résultats des rations de l'essai n°2
Dans cet essai avec une luzerne déshydratée à 23% de protéines/MS, 4 rations introduisant des doses croissantes de luzerne sont comparées.
Les variations du TB et du TP montrent que la valorisation du blé est optimale lorsque la luzerne est introduite à hauteur de 3 à 4 kg : le TP est stable à un niveau élevé (32,1 g/kg), et le TB décroit sans pour autant chuter brutalement.
Le troisième tableau permet quant à lui de constater l'impact de la luzerne déshydratée sur la production de lait : apportée à raison de 3 et 4 kg, la luzerne déshydratée optimise la production de lait, de matière grasse et de matière protéique.

Monsieur Gildas Cabon, du Service de Valorisation Animale de l'ITCF, conclut que l'apport de 3 à 4 kg de luzerne déshydratée supérieure à 20% de protéines/MS dans une ration maïs ensilage fortement complémentée en blé (jusqu'à 5kg) permet de maîtriser le TB en contrôlant sa baisse, et de maintenir le TP à un niveau élevé. L'incorporation de luzerne déshydratée à haute teneur en protéines valorise ainsi la ration de base et le concentré énergétique, tout en optimisant la production laitière.
Témoignages d'utilisateurs
Evolution du TP,du TB, de la production laitière, de la mat.protéique et de la mat.grasse dans l'essai n°2
Evolution du TP,du TB, de la production laitière, de la mat.protéique et de la mat.grasse dans l'essai n°2
La luzerne déshydratée permet de valoriser les céréales et participe à la prévention sanitaire. Voir le témoignage du docteur Fortineau, vétérinaire praticien en élevage laitier, et de Bertrand Pannetier, éleveur en Île et Vilaine.

Elle permet également de maintenir le niveau énergétique de la ration et le taux protéique. Voir le témoignage du docteur Fortineau, vétérinaire praticien en élevage laitier


Enfin, elle valorise l'amidon des céréales Voir le témoignage d'Éric Vaneste, éleveur de l'Eure.

UNE CULTURE DE CHOIX
POUR TOUS LES ELEVAGES